08/03/2006

2/3 Suite....

2/3...Suite....

Non je t'en prie! pas un mot de plus!
Simonne se leva d’un air  froissé et prit congé de son amie... Dans l’escalier, elle murmura, elle est folle, mais dehors, au bout de quelques pas, elle se prit sourire : « Ce serait drôle,  fit-elle... » Et quand elle arriva chez elle, elle était toute rêveuse.
Non! Ce n’est pas possible!
C’est trop beau, ça ne peut pas durer!
Maurice Marchal et sa maîtresse, la blonde Suzy Valprey sont allongés dans des fauteuils d’osier, sur la terrasse d’une villa de Saint-Jean-de-Luz, face à  la mer. Mais ils se moquent bien de  l’Océan!
Enfin, ça ne me paraît pas naturel, continue Suzy... Ta femme m’invite, elle me traite en amie, elle a l’air de ne rien  soupçonner! Je t’assure, mon chéri, que si elle  n’était pas si gentille, je la prendrais pour une gourde...
Simonne est très intelligente.

Alors, c’est qu’elle s’en fiche, et qu’elle a un amant.
Maurice prit un air fat.
Ça, mon petit, je te réponds bien que non ! ... mais que veux-tu! il y a des grâces d’état, nous n’avons qu’en en profiter!

Tu sais, dit Suzy qu’il y a des jours où  j'ai des remords! Elle est tellement; affectueuse avec moi!
T’en fais pas, va! En attendant, elle va  partir pour Biarritz, et nous allons avoir toute la journée pour nous deux... Tu m’aimes,?,
.
Attention! La voici!
Simonne s’avançait, souriante et enjouée... Elle tendit la main à son mari  puis s’approcha de Suzy et l’embrassa le plus naturellement du monde

Dieu! que vous êtes jolie! Et fraîche  C’est un plaisir de vous regarder... Tantôt, de ma fenêtre, je vous voyais vous baigner... Tu sais Maurice qu’elle est admirablement  faite!
Suzy baissa les yeux, un peu gênée. Maurice leva les siens sur sa femme. Mais Simonne avait un air parfaitement innocent.
Dites-moi, ma petite Suzy, je vous enlève... Je vais à Biarritz chez les Ravel. Ils désirent beaucoup vous connaître. Nous allons partir toutes 1es deux dans la Bugatti, ce sera charmant! Tu permets, n’est-ce pas, Maurice?
Mais jamais de la vie!. fit Maurice très inquiet... Mlle Valprey se rasera, chez ces gens-là.
C’est vrai, Suzy, vous ne voulez pas venir avec moi ? fit Simonne d’une voix suave.
Suzy se troubla... Est-ce que Mme Marchal aurait des soupçons ? dans ce cas, mieux valait de la prudence... Elle balbutia, sans oser regarder Maurice
Mais si, bien sûr... Ça me fera très plaisir...

 

Cette littérature date des années 50 au cas où vous ne l'auriez pas deviné...

Et.... devinerez-vous la suite et fin???

 

Allez je mettrai la fin bientôt.

Nanesse

12:36 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.