29/03/2006

ILGA Genève, mainteant...

 

Conférence Mondiale de l’Association Internationale des Lesbiennes et des Gays, mieux connue sous le nom de ILGA (International Lesbian and Gay Association), se tiendra à Genève du 27 mars au 3 avril 2006.

 

00:50 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/03/2006

Paques rétro

Et voilà comment on souhaitait Joyeuses Paques à Paris en 1953....

 

 

Des commentaires???

21:56 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mademoiselle de Paris

Mademoiselle Frede

animatrice du Carroll's

 "Grand vizir des lesbiennes de Paris"

 

en 1953....

21:53 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2006

Policiers lesbiennes et gays

 

http://www.flagasso.com/

 

Cette association est ouverte à tous les personnels de la Police Nationale et de la Gendarmerie, aux personnels actifs, administratifs, élèves et retraités dépendants directement du Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés Locales.

Nous faisons doublement partie d'une même famille: celle de la Police et celle des homosexuel(le)s et bisexuel(le)s. A ce double titre, nous devons unir nos efforts pour faire en sorte que chacun d'entre nous puisse concilier la vie personnelle qu'il ou elle a choisi et accomplir son travail avec dignité et respect.

09:29 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

14/03/2006

Littérature lesbienne et gaie francophone

http://www.la-reference.info/index.html

 

11:59 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/03/2006

Debout étudiant(e)s gays et lesbiennes (degel)

http://degel.asso.fr/index.php

 

Dégel! (Debout Etudiants Gais et Lesbiennes). Ce site a pour but de faire connaître cette association et de promouvoir ses différentes activités : journal, radio, accueil hebdomadaire. Il a aussi un rôle educatif et informatif avec les sections Santé pour tous ses conseils de prévention et Culture pour le reste! Reste à mentionner le forum, sur lequel vous pouvez laisser un mot ou réagir...

Dégel! (Debout Etudiants Gais et Lesbiennes).

23:25 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/03/2006

Sans commentaire

 

21:50 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/03/2006

Tendresse

 

Et voilà pour conclure le dessin qui illustrait ce texte charmant

 

 

12:01 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/03/2006

Suite et fin de l'histoire

Suite et fin 3/3

Alors, partons, nous avons juste le temps!
Et Simonne avec une figure entraîna la maîtresse de son mari..: Maurice tout penaud regarda les deux jeunes femmes s’éloigner... Simonne tenait Suzy par la taille.,.
Il passa, tout seul, une journée exécrable... Le soir, quand elle rentrèrent, il était encore furieux. Et sa mauvaise humeur redoubla, à voir sa femme et son amie qui paraissaient si gaies et enchantées de leur après-midi... Suzy regardait son amant de coin, d’un drôle d'air...
 
Il s’approcha d’elle et lui demanda, tout bas :
Mais qu’as-tu donc?
Moi ?... Rien ! Rien du tout! Mais ses paupières battirent un peu plus vite.
A quelques soirs de là, vers minuit, Maurice, en pyjama tango, se dirigeait à pas feutrés vers la chambre de sa maîtresse... Elle devait l’attendre... Il s’était, ce soir-là, retiré de bonne heure dans son appartement, en se déclarant fatigué, et il avait laissé Simonne et Suzy bavarder ensemble au salon.. Mais elles devaient être montées se coucher depuis au moins une heure... La villa était calme... Tout le monde dormait... Maurice ouvrit doucement la porte de la chambre, et entra.. Obscurité, silence... Il alla à tâtons vers le lit : « Suzy, tu dors ? »... Il se pencha, puis poussa une exclamation : le lit était vide...
Ah non ! fit-il, Simonne la retient encore à bavarder! Ça devient inadmissible! Et il descendit au salon, mais il n’y trouva personne... Cette fois, Maurice resta perplexe, troublé, puis il fronça les sourcils... Il remonta vivement, et alla jusqu’à la porte de la chambre de sa femme... des chuchotements, des petits rires parvinrent à son oreille. Maurice n’y tint plus, il ouvrit brusquement la porte, et  apparut sur le seuil... Deux cris de surprise retentirent... Mais Simonne se remit aussitôt  :
Tu vois, fit-elle, nous étions en train de nous raconter des histoires!
Suzy et Simonne étaient couchées toutes les deux; et  la tête blonde de la maîtresse et la tête brune de la femme voisinaient sur les oreillers.
Quelle figure tu fais! s’écria Simonne... Crois-tu ma petite Suzy que les hommes peuvent être parfois risibles!
Voyons! quelle est cette comédie? fit Maurice.
Où vois-tu une comédie ?... Suzy m’a raccompagnée, il faisait un peu frais, je lui ai offert une place... sous les couvertures... Nous allons dormir ensemble... et nous nous entendons très bien... N’est-ce pas, Suzy? Oh ça! Mauriçe, votre femme est un amour! murmura Suzy...
Et maintenant, mon chéri, tu vas nous laisser! Nous n’avons pas besoin d’homme ici! Bonsoir.
Et Maurice s’en alla, sous le regard railleur des deux  femmes, n’osant encore préciser ses soupçons, mais avec le sentiment désagréable qu’il était berné et complètement ridicule.

...Deux semaines plus tard, à peine de retour à Paris, Simonne Marchal s’empressa de téléphoner à son amie Alice Fontanet:
Ma chérie, succès complet! Tu m’avais donné un excellent conseil... Suzy Valprey n’est plus la maîtresse de mon mari... Elle a rompu avec lui... Maurice ne dérage pas…
Bravo! Mais, et toi tu la vois encore!
Bien sûr! En ce moment, je te téléphone de chez elle...
Tous mes compliments ! ... Vois tu ma petite Simonne, ce qu’il y a d’agréable avec les moeurs d’aujourd’hui,  c’est que nous pouvons chiper leurs maîtresses à  nos maris... Ça nous rend joliment fortes!
Ah ! je n’avais jamais imaginé qu’un jour, je deviendrais la rivale de Maurice!
Tout arrive ! ... Mais. dis moi, est-ce que ce fut une vengeance... ou un plaisir?
Alice Fontanet entendit un petit rire dans l’appareil. Mais il n’y eut pas de réponse... Simonne avait raccroché le récepteur………

FIN

 

12:58 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/03/2006

2/3 Suite....

2/3...Suite....

Non je t'en prie! pas un mot de plus!
Simonne se leva d’un air  froissé et prit congé de son amie... Dans l’escalier, elle murmura, elle est folle, mais dehors, au bout de quelques pas, elle se prit sourire : « Ce serait drôle,  fit-elle... » Et quand elle arriva chez elle, elle était toute rêveuse.
Non! Ce n’est pas possible!
C’est trop beau, ça ne peut pas durer!
Maurice Marchal et sa maîtresse, la blonde Suzy Valprey sont allongés dans des fauteuils d’osier, sur la terrasse d’une villa de Saint-Jean-de-Luz, face à  la mer. Mais ils se moquent bien de  l’Océan!
Enfin, ça ne me paraît pas naturel, continue Suzy... Ta femme m’invite, elle me traite en amie, elle a l’air de ne rien  soupçonner! Je t’assure, mon chéri, que si elle  n’était pas si gentille, je la prendrais pour une gourde...
Simonne est très intelligente.

Alors, c’est qu’elle s’en fiche, et qu’elle a un amant.
Maurice prit un air fat.
Ça, mon petit, je te réponds bien que non ! ... mais que veux-tu! il y a des grâces d’état, nous n’avons qu’en en profiter!

Tu sais, dit Suzy qu’il y a des jours où  j'ai des remords! Elle est tellement; affectueuse avec moi!
T’en fais pas, va! En attendant, elle va  partir pour Biarritz, et nous allons avoir toute la journée pour nous deux... Tu m’aimes,?,
.
Attention! La voici!
Simonne s’avançait, souriante et enjouée... Elle tendit la main à son mari  puis s’approcha de Suzy et l’embrassa le plus naturellement du monde

Dieu! que vous êtes jolie! Et fraîche  C’est un plaisir de vous regarder... Tantôt, de ma fenêtre, je vous voyais vous baigner... Tu sais Maurice qu’elle est admirablement  faite!
Suzy baissa les yeux, un peu gênée. Maurice leva les siens sur sa femme. Mais Simonne avait un air parfaitement innocent.
Dites-moi, ma petite Suzy, je vous enlève... Je vais à Biarritz chez les Ravel. Ils désirent beaucoup vous connaître. Nous allons partir toutes 1es deux dans la Bugatti, ce sera charmant! Tu permets, n’est-ce pas, Maurice?
Mais jamais de la vie!. fit Maurice très inquiet... Mlle Valprey se rasera, chez ces gens-là.
C’est vrai, Suzy, vous ne voulez pas venir avec moi ? fit Simonne d’une voix suave.
Suzy se troubla... Est-ce que Mme Marchal aurait des soupçons ? dans ce cas, mieux valait de la prudence... Elle balbutia, sans oser regarder Maurice
Mais si, bien sûr... Ça me fera très plaisir...

 

Cette littérature date des années 50 au cas où vous ne l'auriez pas deviné...

Et.... devinerez-vous la suite et fin???

 

Allez je mettrai la fin bientôt.

Nanesse

12:36 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/03/2006

A suivre...

1/3 Roman feuilleton de la semaine

 

Alice Fontanet haussa les épaules :
Et c’est pour ça que tu te frappes, ma petite Simonne? Eh bien vrai, tu retardes plutôt! Ton mari a une maîtresse? Et après? Si l’on devait encore ajouter de l'importance à de pareilles histoires! ».
 Et elle eut ce sourire facile et indulgent d’une femme peur laquelle l’amour ne comportera jamais de drame.
Mais Simonne, l’orgueilleuse Simonne, durcit ses yeux bleus: Moi, je ne pardonne pas, je me venge.
Bah! on dit ça! Et puis, d’ailleurs, que vas-tu faire? Le couteau? Le revolver?
Ne dis donc pas de bêtises.

Oui, c’est trop banal... Mais alors, quoi ? Un amant?
C’est payer trop cher sa vengeance. Non, je voudrais autre chose, je ne sais pas, je cherche...
Qui est la maîtresse de Maurice? Tu le sais?
La petit Suzy Valprey, des
Capucines.
Tiens, tiens! Mais elle est très gentille... Ton mari a du goût... Moi, à ta place, je serais flattée.
Maurice a eu le toupet de me la présenter, l’autre soir, dans un couloir de théâtre.
Elle aussi a dû se sentir très flattée.
Mais  Simonne s’indigna : Et tu ne sais pas ce que Maurice prétend? Il veut l’inviter cet été, chez nous, à la mer. Ah ça! jamais! jamais!
Evidemment il va trop fort! Ce brave Maurice! Soudain, la petite Mme Fontanet écarquilla les yeux drôlement puis se mit à rire, à rire sans pouvoir s’arrêter... Elle essayait de parler, d’expliquer à Simonne qui l’interrogeait du regard, mais à chaque instant son rire la reprenais, la suffoquait, un rire émoustillé et effronté Enfin, elle put dire quelques mots.
Ecoute, ma chérie, je crois que je tiens ta vengeance, oh mais tu sais, une de ces vengeances!!! Et elle se mit a rire de plus  belle. Eh bien, parleras-tu? fit Simonne avec impatience
Tu me promets de ne pas te fâcher?
Pourquoi?
Laisse-moi te le dire à l’oreille... Tout haut , je  n’oserais.
Mme Fontanet se pencha vers Simonne et chuchota quelques mots
Simonne sursauta : « Oh! Alice! Tu n’y penses pas? »
Hé, hé, pourtant! Ça ne manquerait pas de piquant! Et 1e beau Maurice serait horriblement vexé...

A suivre....

 

Si la suite vous intéresse, faites-le moi savoir par le mini-chat....

23:33 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2006

Bucolique

18:18 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Ski manque

 

Les vacances de ski dans les années 50....

 

18:03 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

regard doux

 

 

17:57 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Vie parisienne

 

Au détour d'une brocante, j'ai trouvé quelques revues coquines du temps passé...

 

Voici quelques photos et dessins de l'époque de nos (arrières) grands-mères...

 

J'en mettrai de temps en temps pour l'éducation des générations futures de lesbiennes. Attention il y en a parfois d'un goût douteux...

 

A vos commentaires....

 

Nanesse

17:52 Écrit par Nanesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |